jeudi 8 juillet 2010

Ben Smim : une source, un hôpital et un timbre

Pour les habitants de ce petit village aux pieds du Moyen Atlas marocain, Ben Smim ne se résume certainement pas à ces trois mots. Seulement, le commun des philatélistes que je suis en a entendu parlé la première fois grâce au n° 389 du catalogue Y&T, émis par le Maroc indépendant en 1959. Ce timbre a pour thème l'entraide nationale et on lui a choisi comme illustration le sanatorium antituberculeux de Ben-Smim. [fin du côté timbré de l'histoire.]

Cet hôpital a été créé par l’administration coloniale de la santé et a été le fer de lance dans le dispositif qui devait éradiquer la tuberculose qui faisait ravage parmi la population. Une fois cet objectif  (plus ou moins) atteint, l’administration du Maroc indépendant a décidé en 1974 sa fermeture définitive. S’ensuit une longue et silencieuse agonie d’un site qu’on devrait plutôt classer patrimoine national.

Quand j'entendais parler de Ben Smim, après le timbre, c’est l’image d’énormes rochers qui me venait à l’esprit, peut être à cause d’un vague lien étymologique. Mais depuis peu, ce village évoque également la révolte et la résistance. Depuis que des médias internationaux ont rapporté l’éclatement d’une vraie révolte menée par les habitants contre l'installation d'une usine, appartenant aujourd'hui à la société « Brasserie du Maroc », usine qui, selon les villageois, allait les priver de leur eau pour la mettre en bouteille.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et la nouvelle marque d'eau minérale est sur nos rayons. Mais c’est le nom de la ville d’Ifrane qui trône sur l’emballage et Ben Smim n’apparaît qu’en sous-titre. Est-ce pour des raisons purement marketing ou s’agit-il d’une revanche ? je me suis posé cette question il y a quelques semaines quand j’ai (encore) entendu parlé de Ben Smim aux info : encore une fois des « Bensmimois » protestaient, mais cette fois-ci, c’est pour sommer l’embouteilleur à réserver une meilleure place au nom de leur village sur l’emballage de la bouteille.

Tout est bien qui finit bien.

Galerie d'anciennes cartes postales de l’hôpital de Ben Smim

2 commentaires:

  1. Ah voilà, c'est de lui dont je vous ai parlé dans l'autre article.c'est dommage qu'on ait fermé un tel édifice. On m'a dit qu'il était hanté, car de la fenêtre on pouvait voir le matériel à l'intérieur qui existe à nos jours. brouuuuuu Casper t'es là? :)

    RépondreSupprimer
  2. salam
    j aime bcp ta façon de raconter les choz.. en integrant le detail le plus fin..
    je vois l ombre d un gabriel garcia ds les parages?

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Une erreur est survenue dans ce gadget